Pour la petite fille que je fus,  la créativité fut un merveilleux espace « transitionnel ». Fille unique, dont les parents voyageurs n’envisageait pas d’écoles au sens strict du terme, beaucoup seule à la maison, à bricoler, peindre, discutailler avec mes poupettes,  je me suis raconté beaucoup d’histoires tout en me  déguisant beaucoup . Devenir comédienne s’est très vite imposé à moi. Ce métier m’a permis de faire jaillir tout ce qui enfant était resté au « dedans ».
Le théâtre offre un magnifique espace de jeu pour faire « lien », créer ensemble, exprimer ses émotions. il m’a permis de « m’apprendre ».

Durant ma première session de formation, le modèle de base de la dramathérapie EPR de Sue jennings (Embodiment-Projection-Rôle) a été une révélation. Trois « espaces » dont j’ai clairement identifié les champs d’explorations dans mon vécu. Sans nul doute, ils ont nourri la femme de théâtre que je suis.
Mes dramaturgies ont souvent mis en scène des personnages utilisant les jeux de rôles pour mieux s’intégrer  dans une réalité qui jusqu’à maintenant semblait leur échapper, obscure et complexe.
Sans m’en rendre compte, la dramathérapie était à l’œuvre dans ma création depuis longtemps ( !) et je l’ai certainement pratiqué  en premier lieu avec moi…

J’ai commencé ma formation en mars 2012 au dramatherapie.ch BildungsInstitut à St Gall, prestataire de module reconnu KSKV-CASAT pour l’Examen Supérieur Professionnel en art-thérapie et certifié EduQua. En coopération avec l’Institut de formation Créavie en Suisse romande.

Membre de dramatherapie.ch
et de l’Association Romande Arts, Expression et Thérapies  ARAET

 

 

 

Dramathérapie